Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 08:26
La mauvaise version par LoÏc : la Bolivie La Bolivie est surement le seul pays qui ne méritait pas d'avoir de mauvaise version tant c'etait chouette la Bolivie... Alors comment faire mon article ? La méthode la plus simple consiste a creuser un peu et trouver ainsi les failles dans la matrice ; après tout c'est un pays d'Amérique du sud, c'est forcément bidon à un moment ou un autre... On peut pas dire que c'était moche, c'était beau... On peut pas dire que c'était cher, ça coutait que dalle... On peut pas dire que les Boliviens sont pas sympas, ils l'étaient... Bon ben le seul truc bidon... c'était Djé, je vois que ça... Il a été pénible tout du long ! Dès le début, et vas-y qu'il me manque un papier pour passer la frontière et vas-y que je fais le ninja dans le bus, bref j'en passe et des meilleures... Ah parcontre pour faire son intéressant devant les guides, là y avait du monde ; il ont tous surnommé "l'amigo locco" quand c'était pas "El gringo stupido", ou pire encore quand il était pas là : "El connardo"... Voila ce qui arrive quand on veut saler ses frites avec le sel du salar d'Uyuni ou pecher le pirhana avec sa bite. En plus il a pas arrêté d'embéter Nico, qui du coup est parti ; il nous a fait croire qu'il devait rentrer mais il avait moins de lexomil que moi. Combien de fois je l'ai surpris dans son sommeil marmonner, "arrete Djé ! Aaaaaah ! Non pas mon oeil !" Du coup, plus que les frêles épaules de Maryline sur qui pleurer quand c'était trop et quand il n'y avait pas Guillaume, son dulciné, descendant de Copernic, la classe ! Elle aussi commençait à craquer tout doucement, et la plupart du temps elle se contentait de faire semblant d'écouter et de répondre son "uiii" desormais internationalement connu. (se pronoce comme un "oui" sans le "o" en trainant le "i" dans les aigüs). Le truc étant... c'est qu'à ce moment là c'était simple, on canalisait l'energie de Djé dans diverses activités allant de la descente en VTT, où il n'est pas tombé dans le ravin, à l'exploration des mines, où il n'a pas été enseveli (encore raté). On a fait la pampa aussi, on avait payé le guide pour qu'il fasse croire a Djé que c'était pas dangeureux de se baigner a proximité des crocodiles, mais faut croire qu'au dessus d'un certain taux de mayonnaise dans le sang, la viande est trop grasse et les crocos préfère bouder un repas pourtant si facile... Mais pénurie de sous oblige, on a tout arrêté... (sauf la mayo bien evidement...) Du coup il a tellement accumulé qu'on a du essayer de faire une montagne de plus : le huayna potosi, 6088m, qui a pour ainsi dire décimé l'équipe ; Guillaume ressemblait plus a Stephen Hawking qu'à Copernic, Maryline en brave épouse est redescendue aussi, et moi je suis resté sur le carreau au refuge... Le reste du voyage consistera en une succession de bus pourris, notement le fameux Rurenabaque-Trinidad où deux hippies nous ont gratté l'amitié pendant 15 heures heu je crois que c'était Judith et Laura... un truc dans le genre... Thelma et Louise fera l'affaire. Ce qui nous donne, une équipe au plus mal, sans thunes dans des bus pourris, non mais j ai rien dit, c'était nul en fait la Bolivie.
Repost 0
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 00:12

Du 09 au 15/08/12

 

Bon pour cette article je vasi faire un peu plus court

Donc après avoir lâché la mamie bauer, nico loic et moi nous dirongeons vers Potosi, la ville la plus haute du monde !! en effet elle est a 4000m , la bas on visite les mines d'argents !! c'est une expérience assez incroyable et surtout hors du temps, on se croirait a l'époque de Germinal, les mineurs travaillent pour certains par 35 degré au fond des mines rempli d'amiantes et autres conneries, ils bouffent de la coca toute la journée.. on mettra la main a la pate 5min et on comprendras notre douleur.. le clou de la visite est la dynamite.. ca te remu les trips

 

DSC03360

 

P1020578

 

P1020596

 

Puis c'est au tour de Nico de nous quitter, il s'en retourne en Nouvelle Calédonie.

Loic et moi allons en suite a Sucre, une superbe ville ( surement la plus belle de Bolivie ) coloniale. On passera 3j a rien foutre... un soir on rencontre des francaises on va en boite, on pose nos vestes dans un coin en se disant " ok c'est bon ca vas le faire", fin de soirée plus de vestes.. et merde !! (on avait la flemme de chercher le vestiaire ). Pas grave ca nous occupe le lendemain pour en racheter une.

 

DSC03388

 

DSC03389

 

DSC03390

 

Passage chez le coupe tif pour moi , je ressent avec une coupe bien rétro style année 50 mais je trouve ca pas mal.

Pour partir de Sucre c un peu la galère, en effet des agriculteurs bloque la route, notre bus est annulé, on en trouvear un finalement qui ira a La Paz via Cochabamba... 19h de voyage !!! je gobe un peu d'atarax le voyage passera en glisse pour moi, pas vraiment pour Loic, en plus il est deg j'ai bouffé sa part des gateau sans lui dire.. désolé mon lolo.

La suite est l'ascension du Huyana Potosi ( voir post sur blog )

 

du 18 au 21/08/12

 

Marilyne, guillaume, loic et moi même prenons ensuite un vol vers Rurrenabaque ( 45min au lieu de 24h de bus..) une tres sympathique ville a la lisiere de la jungle et de la pampa bolivienne.

 

Jungle-et-fin-de-la-Bolivie 9538

 

Jungle-et-fin-de-la-Bolivie 9555

 

On a la choix entre 3jours ds la jungle ( mode survie treck enfin bein hard ) ou la pampa ( mode plus pépere ds le bateau et pleins d'animaux a voir ) tous encore bien claqué de notre expérience au Huyana et après une longue hésitations, ca sera finalement la pampa !!

3j excellent, on a fait entre autres : pêche au pirhanas ( que l'on a mangé bien sur ), chasse a l'anacondas dans les marais, baignade avec des dauphins rose au milieu des caimans ( qui sont par centaines dans ces eaux ), dormir dans un lodge au milieu de rien ,magnifique couché de soleil sur la pampa... en plus de ca notre guide ( un indigène ) est au top !! bref ca nous a bien changer de la montagne tout ca

 

DSC03508

 

DSC03523

 

DSC03533

 

DSC03534

 

DSC03548

 

DSC03566

 

DSC03606

 

DSC03610

 

DSC03623

 

DSC03628

 

 

Jungle-et-fin-de-la-Bolivie 9791

 

Jungle-et-fin-de-la-Bolivie 9774

 

DSC03630

 

Jungle-et-fin-de-la-Bolivie 9760

 

Jungle-et-fin-de-la-Bolivie 9725

 

DSC03654

 

Jungle-et-fin-de-la-Bolivie 9836

 

Jungle-et-fin-de-la-Bolivie 9879

 

On descide de faire la jungle ds 2j, lorsque marilyne reviendra de La Paz ( elle rammene guillaume ), finalement grosse prise de conscience : on a ECLATE le budget TDM depuis 3mois... parce que on a fait un max de truc mais tout a un prix ( une ascension c'est en gros 160dollars sans compter les pourboires etc..), si on continue comme ca c'est pas un an qu'on vas partir mais 7mois ( en plus on le sait pas encore mais l'argentine est hors de prix pour des voyageurs ptit budget ).

On se résigne... on est un peu deg ( beaucoup ), pas trip dans la jungle a construire ta cabane.. pff on pourra même pas faire comme bear grills

 

du 22 au 31/08/12

 

Notre prochaine étape est Trinidad, pour se faire on doit traversé en bus la pampa. Imaginez 18h de bus, tout pourri bien sur, sur une piste plus que chaotique ( genre des passges tu roule a 15km/h ) a bouffé de la poussiere par 30degré !!

Heureusement pour nous on rencontre Julie et Lola, 2 francaises qui partent faire du volontariat pendant un mois dans un refuge d'animaux dans la jungle !! Alors les filles si vous lisez ca un jour, encore merci on s'est régalé avec vous pdt ce trajet !!! en effet 3h de sommeil et 15h de délires ( un "time's up" d'anthologie a 1h du mat ), bon on a du du faire chier tout le monde quand même.

Le bus décolle a 0h ( 22h a la base ), et entre 0h et 5h du mat on doit tomber 4 ou 5 fois en panne, le chauffeur passe limite plus de temps sous le bus que dedans.. on lui payera un coca le lendemain car il a assuré le pépère !!

A trinidad on tombe dans un petite pension toute pourri ( merci les filles ) tenue par maminette... alors maminette c'est tout un personnage, 90 piges et elle t'engueule comme un gosse de 10ans.. surement une ancienne prof.. elle m'as fait tout un speech ( en espagnol bien que j'ai rien compris ) car jai péter un hamac en me jetant dedans !

Le soir soirée improbable dans un "bar" ( ou plutot un patio ) rempli de bolivien completement bourrés et pas mal de neuneu ( des vrais !! ) local a fond, on était les seuls blancs et une attractions pour beaucoup de gens.

Le lendemain on dit au revoir aux filles, on aurait bien fait le trip animaux mais l'engagement est de 2 semaines minimun et le 6 septembre on doit être a buenos aires donc pas le temps tant pis. En tout cas une super rencontre, les miss on vous souhaite une bonne continuation des bisous !! ( en espérant que Lola tu as racheté un fut' moins pourri et Julie arrête de demander a de parfait inconnus de tirer ton doigt !! !! )

Prochaine destination : Santa Cruz ,la 2eme plus grande ville de Bolivie. On arrive le matin et on repart le lendemain soir, pas grand chose a dire sur ce passage, on a surtout attendu le bus...

Pour aller aux chutes d'Iguazu, on descide de traverser le Paraguay, de Santa Cruz a Asuncion ( capitale du Paraguay ) il ya un truc comme 23h de bus, bon y'en qu'un qui y va, on nous le vend comme un CAMAS ( bus limite couchette )

Le soir y'a 6 bus sur le starting block... on n'y croit pas mais le notre c'est le plus pourri... genre le bus normal quoi... et comble du comble il est rempli de gens de la "colonie" !!! alors qu'est ce que les gens de la colonie?? je vais laisser Loic en parler et les décrire avec son humour qu'on lui connait si bien :

Ladies and gentlemen this is captain ! Loic speaking...Alors par où commencer ?

Les gens de la colonie ( à prononcer "coooollooooniiiiie" avec une voix de zombie ) sont de braves gens sachant se distinguer de plusieurs manières :

Tout d 'abord le langage, ce sont les seules personnes en amerique du sud à s être dit "tient, si on parlait allemand" (ce qui montre deja la volonté de vivre ensemble...). Au point de vue vestimentaire, pas de conflit generationnel, les filles, femmes et grands-mere (certaines pouvant etre les deux en meme temps voire cousine ; c'est fou de se dire que "ah voila tonton mais tu peux aussi l appeller papi...") portent a peu près la même tenue : foulard noir, robe a fleur taillée dans une nappe, collants, sandales. Chez les hommes t as le choix entre chapeau et casquette, salopette ou jean+chemise sale... Mais bon tout ça n 'est pas tres important dans la mesure où où les tenues clownesques j en ai eu ma dose avec Djé et Maryline, bref, le plus grave c'est la sensation que ces pauvres erres ne voit jamais le soleil, y a un gros manque de vitamine D la dessous, ils sont tout épidermiquement transparents te regardent avec des yeux bovins et surtout ils te devisagent comme si ils voulaient d'hypnotiser et te dire "vieeeeeeens, vieeeeens dans la coooooooloooooniiiiiie te marier avec ta cousiiiiiiine". pour faire simple, des liens consanguins sur une dizaine de generations ca te donne des gens tout grands tout maigres tout blanc, s habillant comme dans la petite maison dans la prairie qui parlent allemand coupé du reste du monde à lire la Bible... en gros c est ça les Jesuites de la colonie... Djé tu peux reprendre..

Un trajet long... très long

A la frontiere on tombera sur la DEA version paraguyenne qui fouilleront nos sacs armés jusqu'au dents... Loic n'en parle que très peu mais je sens qu'il a eu droit a la fouille rectale !!

 

DSC03703

 

DSC03705

 

DSC03706

 

Asucion est une chouette ville avec quelque batiments sympa, par contre au paraguay ils ont une monnaie de merde genre 1euro = 5600guarani... en gros au distributeur tu peux retirer 1 million 500milles...

de 14h a minuit on attend le bus..

 

DSC03715

 

DSC03725

 

DSC03735

 

DSC03736

 

DSC03742

 

Putain par chance on a un vrai CAMAS, genre le bus de folie est pour l'équivalent de 20euro le trajet !! celui la on l'apprécie je vous dit

Seulement le trajet ne dure que 6h jusqu'a la frontiere brésilienne.

On arrive le matin du 31 aout au Brésil ou de la on prend direct un bus jusqu'a la frontiere argentaine, 3 pays en 2h et 6 arrêts aux passages frontiere nous voila enfin en argentine dans la petite ville de Puerto Iguazu !! le trajet aura durer en tout 53h depuis Trinidad ( on en peux plus du bus !!! )

Voila la Bolivie c'était au top. Vraiment très beau pays et habitant très gentils, je le recommande sans retenu !!

Demain on visitera les fameuse chutes d'Iguazu avant de retourner a Buenos aires et faire un rapide passage en France pour voir mes meilleurs amis se marier ;)

des bisous a toutes et a tous.

Notes de Loïc :

-ta coupe des annes 50 etait pourrie ( note de djé : t'es deg car j'avais trop la classe, comme avec le poncho )

-t as pas bouffé que le gateau, t as bouffé les cacahuetes aussi

-Julie et Lola vous etiez trop bidon

-pour le prochain Time's up dans le sud ouest, c est Takeshi Kitano

-alors comme ca on se jete dans les hamacs maintenant...

-oui j ai eu droit a la fouille rectale vu que tas trouvé ca "marrant" de dire au douanier que j avais de la coke dans mon cul

 

Repost 0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 20:21
15/08/12
 
Nous arrivons à La Paz vers 15h après 18h de bus. Nous rejoignons Marilyne et Guillaume a l'agence altitude 6000 pour essayer le matos de l'ascension qui est prévu le lendemain.
Ce soir moi et loic restons a La Paz tandis que Marilyne et Guillaume eux vont directement au 1er refuge ( point de départ ) a 4800m, afin de s'aclimater, nous les rejoindrons demain matin vers 11h.
 
16/08/12
 
Nous ne le savons pas encore mais ceci est le début de 2 jours vraiment éprouvant pour tout le monde !! on a RDV a 8h à l'agence, le sac pour l'ascension est vite fait ( on commence a voir l'habitude )
Arrivé la bas notre gros sac ( celui ou on a mis tout ce que l'on ne vas pas emporter ) a l'air d'emmerder nos guide.. en effet l'agence est fermée et ils savent pas ou le mettre, bref c un gars qui reste a la paz qui le rammene chez lui, bien sympa.
Nous partons avec Cécilio et Victor, nos 2 guides, ainsi que un cuistot !! Cécilio parle un peu francais et a l'air sympa, Victor est lui un peu plus taciturne.. de toute manière ca ne pourra pas être pire que notre guide au Pérou pour le Vallunaraju.
 
DSC03396
 
2h de route plus tard on arrive au 1er refuge et notre 1er mauvaise surprise nous attend !! En effet marilyne et Guillaume ne sont pas la.. Guillaume ayant eu le soroche ( mal des montagnes ) dans la nuit ils ont du redescendre en urgence, pas d'ascension pour eux, il ne reste donc que Loic et moi.
La rando jusqu'au 2eme refuge se fera après manger, le cuistot nous régale avec des hamburgers !! il aurait pas pu mieux faire.
 
 
Le refuge se trouve a 5150m et on l'atteindra en un peu moins de 2h, la montée est sans grosse difficulté malgré un terrain très escarpé.
 
DSC03404
 
Beaucoup de monde au refuge, je crois qu'on doit être a peu près 25 à tenter cette ascension. Il est dit dans le lonely que c'est un refuge petit et chaleureux.... effectivement ( cf photo). Il y'a un gros groupe de francais, des allemands etc... l'ambiance est plutot convivial et pour tout le monde c'est bien sur leur premier 6000m.
Comme d'hab réglage des crampons, soupe ( Loic vas craquer et jeter sa soupe a la gueule de quelqu'un un jour ), on discute un peu et a 19h tout le monde au "lit" ( enfin un matelas de 5cm d'épaisseur a même le sol) et comme on est 25 dans la même piece serré les uns contre les autre on aura pas froid cette nuit au moins.
 
DSC03417
 
DSC03422
 
17/08/12
 
1h : levé une dure journée s'annonce mais je n'ai pas vraiment expliqué ce que était le Huyana Potosi, un peu d'histoire ( source lonely planet )
Le Huyana Potosi est le plus couru des hauts sommets boliviens. Sa majesté, sa facilité d'accès et son altitude, supérieur de 88m a la barre symbolique des 6000m, expliquent sa popularité. Sachez néanmoins que c'est une rude montée, particulièrement escarpée près du sommet.
Après cette petite introduction, revenons a notre levé..
C'est pas la grande forme pour moi mais pour Loic c'est encore pire, je le regarde sortir timidement la tête de son duvet et a ce moment la je sais deja ce qu'il vas me dire.... l'ascension je la ferais seul. Lui aussi est victime du mal des montagnes ( plus léger que Guillaume quand même ) et il ne se sent pas pour l'ascension, et dios mios qu'il a fait le bon choix !!
a 1h30 je suis fin pres a partir, deja des groupes ont quittés le refuge et j'attend donc Cécilio ( et oui au final le 2eme guide il ne servira a rien vu qu'on est 1/4 ), et la j'attend.. j'attend.. il discut avec ses potes guides, fait trainer, gnagnagna le temps est pas bon.. ( certes il neige un peu dehors mais ca va quoi) bref me voyant trépigner on décolle finalement a 2h45
Le départ se fait direct en crampon et dans la neige, après 15min je sens que cette ascension vas être difficile, en effet depuis 2 semaines j'ai moins la patate et suis même fatigué souvent, Loic dit que jai la mononucléose lol, de plus mon entorse ne guérit pas et me fait toujours mal, et pour finir ces derniere semaines on a était un peu plus oisifs. Bref je suis loin de ma condition physique lors du Cotopaxi en Equateur. Mais je me dit que ca ira mieux dans une heure, une fois qu j'aurais pris mon rythme.. j'avais tort
Voila maintenat 2h que je galère, le souffle ne vient pas, la cheville me fait un mal de chien, et pour la 1er fois je n'apprécie pas vraiment ce que je fais, le guide me fait monter trop vite et je n'arrive a suivre son rythme qu'au prix d'efforts parfois insoutenables
Une parenthèse a propos du temps des ascension:
En gros la distance entre le dernier refuge ou camp de base et le sommet est définie de facon a atteindre le sommet en a peu près 6h ( pour une ascension "touristique" ) pour le levé du soleil ( au alentour de 7h du matin ), le départ "normal" se fait donc a 1h ( comme avec nos 2 supers guides du Cotopaxi ) du mat afin que la vitesse de montée ne soit pas trop rapide et pénible. Mais j'ai saisi ce que faisaient souvent les guides, il partent plus tard pour dormir un peu plus mais après ils te boostent a mort pour te faire être au sommet a l'heure prévu, du coup tu te le fait en 4h au lieu de 6h, alors eux qui ont l'habitude pas de problème mais pour nous simple petits citadins c'est bien sur une autre histoire.
Il nous fait passer par une pente abrupte et poudreuse, j'en chie plus que tout a la gravir et tout les 5min j'ai envie d'une pause.. je pète un cable quand je voie que les autres groupes contourne ce passage par un autre un peu plus facile !! il m'a fait couper tout droit le con !! Dans cette partie un autre francais ( il est seul, tout son groupe a fait demi tour, trop dur) galère comme moi et n'arrive plus a suivre son guide; On se soutient moralement et je lui donne une astuce : pour une pause tu demande pas, tu t'arrête net et tu reprend ton souffle, le guide vas pas de porter de toute facon et comme je pense, c'est le guide qui doit s'adapter a toi pas le contraire !! ( il me remercira plus tard pour ce précieux conseil )
Les 2h suivantes et jusqu'au sommet, ne sont que souffrances.. j'ai l'impression de ne plus avoir une once d'énergie en moi, le physique ne suis plus mais bien pire le moral non plus !! Je suis gavé d'être la et ca ca me blaze.. je n'apprécie pas et j'aimerais être ailleurs, je suis seul et le guide me saoule ( je fais "la vidéo de promesse a loic"). J'ai fait le mauvais choix de fringues et j'ai froid.. merde y'a rien qui va !! Je demande une pause toute les 10min.. je n'y arrive plus et pense sérieusement à abandonner
Heureusement 30min avant le sommet le soleil fait son apparition et me redonne (un peu ) de baume au coeur. Le sommet ne me semble plus très loin, comble du comble on a ratrappé le 1er groupe qui était partis 1h45 avant moi !!! pour dire a qu'elle point mon guide a mis le turbo !!
 
DSC03438
 
La deniere partie de l'ascension s'appel la "crête du polonais" en mémoire a un polonais qui est mort en tombant.. En temps normal je pense que j'aurais adoré ce passage ( car avec du recul c'était un endroit super ) mais la je le sens pas, l'escalade sur des pierres avec des crampons et loin d'être évidente dans l'état de fatigue que je suis, sur ma gauche le précipice et sur ma droite un petit mur de glace ou je dois enfoncer mon piolet pour me maintenir en équlibre, le problème et comme je l'ai dit c'est que je n'ai VRAIMENT plus aucune force et n'arrive quasiment plus a me cramponner au manche de mon piolet, ma vue se trouble et j'ai des vertiges et pour la 1er fois je crains vraiment l'accident mais le sommet est la devant moi a a peine 100m.. et malgré ma peur et mon épuisement ( sisi ca m'est arrivé ) je finirai.
Alors vous me dirait pourquoi ne pas lacher le morceau?? a ce propos il faut savoir qu'il y'a eu au moins 50% d'abandon ce jour la !! La 1er raison est bien sur que je suis du genre a aller au bout des choses, la 2eme est que j'avais fait le malin sur FB a dire que j'allais la défoncer cette montagne et la 3eme était que j'avais promis a 2 personnes que je leurs ferai une dédicace une fois en haut, ca peu sembler stupide mais c'est grace a ces 3 raisons que j'ai réussit a atteindre le somment a 7h15 !!
6088m, j'y suis et la.. rien, je ne suis ni heureux ni satisfait, je suis tout simplement vidé... et le guide enfonce le clou en me disant que j'ai 5min et qu'on vas redescendre. Du coup a peine le temps de prendre 2 ou 3 photos et on repart, j'ai meme pas pensé au poussin que j'avais dans le sac tellement j'était dans un état second. ( bon ok en rematant les photos j'ai quand même le sourire !! )
 
DSC03441
 
DSC03449
 
DSC03456
 
Je suis en tête de cordé, un couple est devant moi et met un peu de temps sur le passage des pierres ( en monté c'était déja pas evident mais en descente c'est pire ) cécilio veut me presse et veux me faire passer sur le gauche sut une arrête de neige, je refuse, il insiste et la je craque je pete un cable et l'insulte pendant 5min en angalis francais et un peu d'espagnol. Il a du comprendre quelques mots car il m'adressera a peine la parole pendant la redescente.. en fait ce qui me gavait c'est qu'on était quasi les derniers a etre partis du refuge et on était les 1er sur le sommet, la on redescendait il me faisait croire qu'il fallait se dépêcher question de sécurité ( par rapport au soleil ) alors que en contre bas il y avait encore des groupes qui grimpaient, je lui ai fait comprendre qu'il fallait pas qu'il me prenne pour un con que je savais que plus vite on avait fini et plus vite il était rentré que j'en avais rien a foutre que c'était pas une course etc... Après cette petite altercation a 6000m il a compris qu'il fallait plus me saouler et que j'irai comme bon me semblerais. De plus je pestais car je voyais que un groupe s'éternisait tranquille au sommet et profitait de leur victoire sur la montagne. Mais je prend bien sur le temps de prendre des photos même si il maronnait derriere moi.
 
DSC03458
 
DSC03468
 
DSC03469
 
DSC03473 
 
Sur le chemin du retour je croise le francais qui lui a fait demi tour avant le sommet, il est épuisé et son guide le pousse aussi, je lui propose un moment de rebellion !! on se cale assis pdt 10min et on respire par chance les guides sont potes et ils nous font pas chier, il est a bout de force ( pire que moi), on repart ensemble et j'essaie tant bien que mal de le motiver. C'est fou dans ces moments la comment un inconnu peut devenir ton meilleur pote !!
 
 
 
2h plus tard le refuge est en vue, je suis le 1er de la cession a a voir fait l' AR au sommet... waouhhh, je suis même pas fier ( et pourtant au vu de mon ego j'aurais du lol ), il est 9h15 du mat
Loic est la et a l'air d'aller mieux. Ca me soulage de voir sa vieille gueule je comprend pas !!
L'autre francais arrive et me remercie chaleureusement de l'avoir soutenu, cela me fait vraiment plaisir.
Le guide me sort que dans 20min on redescend au 1er refuge,a 1h de marche, il me suffit d'un regard noir et remplit de haine pour qu'il me dise " ok 40min"... je préfère.
Voila ce qu'il faut savoir c'est, qu'avec du recul, cette ascension n'était pas difficile du tout ou du moins pas plus que les 2 premieres, je pense seulement que j'ai accusé des 3 mois voyages déja passés, les dizaines d'heures de marches et les centaines de km parcourus, mon entorse de cheville, les mauvaises nuits de sommeil dans les bus ou autres BP pourri ( 1er achat en France un lit King size avec matelas a mémoire de forme, alala j'en rêve déja !! ), bref j'ai accumulé une bonne quantité de fatigue et la je l'ai bien ressenti. La sagesse est de connaitre ses limites et je me suis rendu compte que j'avais atteins les miennes.
Mais au final ce n'est pas ca qui m'mempêchera d'en faire d'autres, il est juste temps de changer un peu d'horizons pour le moment, après près de 2 mois cumulé de montagnes, nous allons souffler un peu du côté de la jungle et prendre le temps de passer une journée a larver dans un hamac ( endroit ou je suis d'ailleur pendant que j'écris ces lignes ) par 30 degrées afin de recharger les batteries.. il reste encore 9 mois de voyage.. ce n'est pas un sprint mais un marathon.
Voila des bisous a toutes et a tous et ENJOY
PS: A La Paz l'agence est fermé et un scellé de l'office du tourisme bolivienne est sur la porte !! 2 semaines de fermeture de pénalité on sait pas pourquoi. C'est dommage nos affaires sont a l'intérieur.... une porte dérobé nous permet quand même de les récupérer apres 45min d'attente. Puis on rejoint marilyne et guillaume en début d'aprem, lui aussi vas beaucoup mieux il aura mis quand même 24h a se remettre, comme on dit toujours, vieux montagnard que l'on est, "ne te moque pas de la montagne sinon c'est la montagne qui se moquera de toi"
 
DSC03503
 
Repost 0
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 21:01
Du 02/08 au 04/08/12
 
Nous voila donc en partance pour la Bolivie, 1er surprise de l'autre côté de la Frontiere, la différence est nette : les boliviens ont l'air carrément plus sympas que les péruviens ( chose qui se vérifiera tout au long du mois) et même le garde frontière nous fera une ptite blague.
 
DSC02853
 
Apres avoir traversé le lac titicaca en barque nous voila a La Paz, vu de haut c'est la claque. La Paz étourdit, tant par son altitude (3660m) que par sa singulière beauté. On arrive dans cette extraordinaire cité par les plaines de la tentaculaire banlieue d'El Alto, une approche qui dissimule les merveilles de la vallée en contrebas. Le premier apercu de La Paz coupe, littéralement, le souffle. La ville, accrochée aux parois de la gorge, descend en pente raide et le sommet enneigé du majestueux mont illimani (6442m) se dessine dans le lointain.
Ce soir on loge dans un BP party, le principe est simple : auberge conviviale remplie de jeunes du monde entier ( surtout des anglo saxons en fait ) assez grande pour acceuillir un bar entre ses murs, musique a balle et soirée a thème tous les soirs. Ce soir ca tombe bien c'est soirée full moon !!
Les protagnistes sont moi Loic et Nico ( mamie marilyne ayant pris son petit temesta ne restera pas ). Au 4eme jagger bomb et autant de vodka et de bières, les souvenirs sont flous ( vraiment très flous ) et on a la gueule pleine de peinture fluo.
J'ai le vague souvenir d'avoie embrassé la cuvette des toilettes pendant un bon moment entre 3h et 4h du matin.
Le matin je me reveille dans le lit de Marilyne !!! explication a mon retour vers 4h30 dans la chambre ( j'ai aussi dormi dans la salle de bain a priori ) impossible de remonter sur mon lit supperposé et comme il n'y avait que Marilyne qui était dans un lit du bas... c'était donc son lit ou celui du mec brésilien.
 
DSC02864
 
1h plus tard on se lève pour aller faire la route de la mort en VTT.... je sens que ca vas être dur pour tout le monde, Nico est plus récalcitrant a sortir de son lit, l'alcool lui dicte de rester dedans je crois.
Bref, peinture fluo sur la gueule, haleine oenolique et démarche peu assurée , on arrive au RDV, ptit dej et départ. Le guide voit très bien que moi et Nico c'est pas la grosse patate, il nous achète donc une red bull et du raisin... sympa le type.
Ce qu'il faut savoir sur cette fameuse world most dangerous road ( source lonely planet ) :
Cette route gravillonée est étroite ( a peine plus de 3,20 de large et moins a certains endroits ), frôle des à pics vertigineus de 600m et n'est équipé que de quelques barrières de sécurités ( note de djé : en fait en gros sur 23km de descente aller si il y avait 100m de barrière c'était déja bien )
Elle a été classé officiellement " route la plus périlleuse" du monde par un rapport de la banque interaméricaine du dévellopement. Vu le nombre d'accidents mortels ce palmares sinistre n'est pas usurpé. En moyenne, 26 véhicules basculent chaque années dans le vide ! En 1983, un camion a basculé dans le vide tuant ses 100 passagers....
Une quinzaine de cyclistes sont morts en effectuant le trajet de 64km ( dénivlé de 3600m ) et beaucoup de nos lecteurs nous on fait part de belles faits frayeurs ou de tragiques accidents.
Le guide nous averti, il n'a jamais eu d'accident et n'en veux pas, en plus d'être super sympa il est extrêment pro tout en nous laissant une totale liberté de descente !!
 
DSC02867
 
40km de descente sur route groudronné et 23km sur la fameuse piste, c'est un régale, chacun de nous a son rythme et on passe un formidable moment rempli d'adrénaline. Mais soyons clair il ne fallait VRAIMENT pas se casser la gueule.... en tout cas ca nous a bien fait décuvé cette histoire.
Fait amusant qui suprend; comme nous sommes ( les vélos ) les véhicules les plus légers et que l'on descend, on se doit de rouler coté gauche c'est a dire coté falaise !! Car, et ca on le savait pas, il y'a encore des voitures qui empruntent cette route ( on a du en croiser une dizaine ).
 
DSC02866
 
DSC02888
 
DSC02922
 
Loic Nico et Marilyne se feront en plus la Zip line en fin de parcours ( une tyrolienne de 1km de long )
Briefing de la journée en bas de la piste, dans un refuge d'animaux, un endroit charmant
On a suvécu a la route la plus dangereuse du monde !! et 2 fois !! En effet le retour se fais en minibus par cette même route il parait que c'était assez impressionant.. je sais pas j'ai dormis pdt les 3h comme si la gueule de bois m'avait rattrapé !!
 
P1020201
 
Le soir KO technique pour tout le monde.
Le lendemain a 13h on choppe un bus pour aller a Tupiza point de départ du raid en 4x4 sur l'altiplano dans le sud ouest de la Bolivie.
C'est semaine de fête en Bolivie et on met 1h30 a sortir de la ville, plus tard on s'arrête et on récupère du monde.. beaucoup de monde, ainsi qu'un frigo et une machine à laver entre autre.. le voyage prend une tout autre dimension, le bus qui est tout ce qu'il y a de plus pourri est plein a craquer et il nous reste 12h de voyage ( les baggages de tout le monde sont dans l'allée, quelqu'un dort aussi par terre et ha oui bien sur il n'y a pas de toilettes dans le bus ).. c'est local quoi.
On arrive a 5h du mat a la gare routiere dans le petite ville de Tupiza et notre RDV est a 9h30. Au début on se met en mode roumain, c'est a dire par terre avec nos sac enmitouflé dans nos duvet ( oublions pas qu'on est a plus de 3000m et il fait relativement froid a cette heure ) puis on craque on vas se prendre une chambre dans un motel histoire de dormir 2h.
A 10h le guide nous rejoint, il est avec sa femme, sa fille de 5ans et son fils de 3ans ( entre nous ils ont été super les gosses pendant ce trip ). Nous voila donc partis avec toute cette belle petite famille pour un périple de 5j a travers le désert bolivien.
Bisous a toutes et a tous
 
Note de Loïc :
  • Le guide du VTT ne m'a pas offert de Red Bull... J ai mieux tenu l'alcool que mes compères ! ( note de djé : il a surement moins bu ce connard )
  • La remontée de la route de la mort était vraiment flippante (plus que la descente meme)
  • Je confirme que les souvenirs de la soirée sont flous !!!
  • Je confirme que les Boliviens sont super cools
  • le trajet La Paz – Tupiza restera dans les anales ( Djé adore ce mot...)
du 05 au 09/08/12 : Tupiza – Uyuni en 4x4
 
La 1er journée, nous traversons des canyons spectaculaires, des collines rocheuses, des quebradas ( ravins généralement a sec ) aux pentes parsemées de cactus et de curieuses formations géologiques, c'est le "far west" bolivien. On a le droit a la musique traditionnelle dans la voiture.
 
DSC03031
 
Après près de 200km au milieu de cette incroyable déserton fait halte dans un petit village du nom de San pablo de quelque chose.. 200 âmes au grand mot. L'endroit et sommaire mais acceuillant ( bien sur la douche on peut s'assoire dessus et tout marche a l'énergie solaire ) et la femme du guide nous régale d'un excellent repas. Inutile de vous dire qu'il n'y a pas grand chose a faire et donc tout le monde au lit ( marilyne toujours la premiere bien sur ) assez tôt.
Ha si ce soir on a essayé de fumer des feuilles de coca, bon déja que ce n'est pas terrible a mâcher mais a fumer c'est encore pire...
 
 
 
Le lendemain, au alentour de 9h, on se dirige vers l'extréminité sud ouest de la bolivien, près de la frontière du Chili, tout en faisant un détour vers la laguna céleste, qui présente une incroyable couleure turquoise du a sa richesse en borax ( un minerai ). Vers 17h, nous nous arrêtons pour la nuit dans un autre petite village pour la nuit
 
 DSC03062
 
La 3eme journée est nous visitons de multiple laguna dont la Laguna verde ( 4400m ) aux couleures bleu-vert et qui se niche a la pointe sud ouest de la Bolivie. Son extraordinaires couleur verte est due a l'importante concentration en carbonates de plomb, de souffr, d'arsenic et de calcium. Nous restons que peu de temps car un vent glacé fouette en permanence la surface du lac. Derrière le lac se dresse le cône du volcan Licancabur ( 5960m ), dont le sommet aurait abrité une ancienne crypte inca.
 
DSC03034
 
DSC03037
 
On fait ensuite une halte aux Termas de Polques, un petit bassin ou l'eau jaillit a 30 degré, un rêve après les nuits glaciale dans le désert et 3 jours sans une douche.
 
DSC03053
 
Après cette pause bien venue, on traverse le centre géothermique de Sol Manana, c'est un champ de geysers a 4850m d'altitude, avec des mares de boue bouillonnantes, des fumerolles et une odeur nauséabonde de souffre. On s'amus e a marcher entre les crevasses rempli de boue en ébullition et prendre des photos dans les geysers avant de voir un panneau avec accès interdit.... de toute manière personne est la pour nous engueler.
 
DSC03078
 
P1020323
 
P1020335
 
Halte au refuge, cette fois il est pleins de touristes qui eux arrivent par le sens inverse de nous ( Uyuni – Tupiza )
Le soir un connard de francais viendra nous faire chier dans notre chambre parce que l'on avait oublié de débarassé nos verres de table.... il nous parle comme a des gamins de 12 ans... je finirais par m'embrouiller avec lui dans la salle a manger...
J4: halte au lac rouge vif de la laguna colarada ( 4278m ) qui couvre en gros 6000 hectares mais sa profondeur ne dépasse pas 80cm. Sa coloration provient des algues et du plancton. De nombreux flamants d'amérique du Sud nichent ici et des dépôts blanc de sodium, de magnésium, de borax et de gypse couvrent la rive.
 
 DSC03149
 
DSC03134
 
On remonte ensuite vers le nord en direction du Salar tout en passant devant de nombreuses laguna ou d'innombrables flamants des andes en recouvrent la surface. Ainsi que d'étranges formations rocheuses que l'on ne manquera d'escalader.
 
DSC03111
 
DSC03112
 
DSC03118
 
DSC03124
 
DSC03180
 
DSC03189
 
DSC03192
 
DSC03156
 
Le soir on fait halte dans un "hotel" dont la majeur partie de l'infractructure est en sel. Même le sol est recouvert de gros sel, c'est marrant au début mais au final tu en met plein ds le lit !!
 
DSC03202
 
J5: Aujourd' hui est un grand jour, nous allons enfin voir si ce famaux salar est impressionnant. Il faut savoir que Nico a eu la bonne idée de nous faire partir de Tupiza au lieu de Huyuni ce qui fait que le salar tu le fait le dernier jour ( le 1er jour dans l'autre sens ) du coup c'est vraiment une sorte de récompense après avoir bouffer de la poussière pendant 4j ( même si on vas pas cracher dans la soupe car les 4j étaient super eux aussi )
Mais qu'est ce exactement que le Salar de Uyuni? ( source wikipedia )
Cette étendue de sel est située à 3 658 m d'altitude. Avec une superficie de 12 500 km2, elle constitue le plus vaste désert de sel du monde et représente un tiers des réserves de lithium exploitables de la planète. Ses dimensions sont de 150 kilomètres sur 100. Sa formation remonte à 10 000 ans, quand l'étendue d'eau salée était une partie du Lago Minchin, un lac préhistorique géant. En s'asséchant, il laissa derrière lui deux petits lacs encore visibles, le lac Poopó et le lac Uru Uru et deux grands déserts de sel, le salar de Coipasa et le gigantesque salar d'Uyuni.
La 1er halte nous permet d'en apprécier l'incomparable beauté. D'un blanc aveuglant, c'est une étendu désertique sans pareil ( ou du moins on a aucun point de comparaison )
 
DSC03208
 
 
DSC03220
 
DSC03228
 
DSC03237
 
DSC03243
 
DSC03296 
DSC03310 
 
on se dirige ensuite vers la spectaculaire Isla Incahuasi au coeur du Salar, une pseudo ile entourée d'une mer blanche et plane et recouverte de cactus Trichoreceus.
C'est un site protégé et assez touristique, par chance il n'y avait que une dizaine de 4x4 présent a ce moment ( en parlant avec d'autres routards il y en a qui était 60 4x4...) et la ballade au milieu des cactus et des lamas ( qu'est ce qui foutent la d'ailleur??) est fort sympathique.
 
DSC03248
 
DSC03251
 
DSC03266
 
DSC03290
 
P1020464
 
DSC03276
 
Après la pause repas il est temps de se diriger vers la ville de Uyuni, notre destination. Avant ca ptit trip sur le toit du 4x4 pour moi et baignade dans un trou d'eau pour nico et moi au milieu du Salar, en 10ans le guide avait jamais vu ca et même sa petite de 5 ans nous a pris en photos !! PATACHONS !! Et enfin on traverse une carrire de sel ou l'exploitation se fait a main nue....
 
DSC03292
 
DSC03334
 
DSC03339
 
DSC03338
 
Ce soir la marilyne nous quitte et se rend a La Paz récupérer son dulciné et Loic , Nico et moi allons en direction de Potosi pour visiter les mines d'argent
Le Salar est vraiment un endroit extraordinaire et vaut a lui seul le voyage en Bolivie ( avec tellement d'autres choses remarque )
Repost 0
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 01:11

Après un peu plus de 2 mois de voyage, voila une petite liste de conseils et d'astuce a retenir

Bien sur ceci est une liste non exaustive :

 

            Tu ne feras pas d'économie sur ton sac de voyage car, comme une femme, tu vas l'avoir

            souvent sur le dos

 

             Si tu voyage a plusieurs inquiete toi tous les matins du transit de tes compagnons, un compagnon balloné et un  

             compagnon grognon ( surtout quand il n'y a qu'un chiot pour tout le monde)

  • Si par chance tu tombe sur une douche chaude reste un maximun dessous ( même si y'a des mise en garde pour sauvegarder l'eau des glaciers ) car tu ne sais pas quand sera la prochaine. Et si en plus il y'a de la pression restes y jusqu'a qu'on t'en déloge !

  • Dans ton sac toujours avoir des lingettes pampers de bébé, elle te serviront beaucoup plus que tu ne le pense.

  • Toujours faire son sac avant d'aller se bourré la gueule, car le sinon le matin t'es sur d'oublier quelque chose et tu t'en rend compte une fois la 12eme heure de bus passée.

  • Si il a l'air louche.... c'est qu'il est louche !!!

  • Si le mec du BP te conseil de prendre le taxi plutot que le bus, fait le !!

  • Ecoute les expériences des autre routards.

  • Vérifie toujours tes affaires quand tu récupère ta "laundry" ( souvent c'est pas les tiennes )

  • Les taxis te feront toujours le tarif gringos ( le double du prix)

  • un minimun de vocabulaire t'éviteras bien des galères.

  • Le BP déclineras toutes responsabilités si t'as pas mis tes affaires dans le locker

  • T'auras très chaud mais aussi très froid mais t'inquiète ca passera.

  • "mettez ca sur la note" est une phrase dangereuse ( surtout dans un BP party )

  • t'aime pas la soupe, maintenant t'aime bien

  • Ne te fie JAMAIS au rabatteurs a la sortie du bus ! ( même si il aligne 2 mots en Francais, souvent " bonjour j'adore la France" ), il vas te la mettre.

  • N'achète pas de montre au Pérou, sauf si tu ne veux pas avoir l'heure.

  • Part du principe que tout les autochtones veulent d'arnaquer , même un enfant de 4ans qui te sourit peux te faire les poches ( encore plus vrai au Pérou )

  • T'as une pharmacie digne de médecine de guerre ( tu peux même t'opérer de l'appendicite si il le faut ) et au final tu utilise que le doliprane, le spasfon/débridat, alterne le smecta/forlax et bouffe du profenid a haute dose pour les courbatures !!

Repost 0

Présentation

  • : Le blog des Patachons
  • Le blog des Patachons
  • : 2 potes / 12 mois / 3 continents / 15 pays ... a la découverte de l'amérique du sud, de l'Océanie et de l'Asie.
  • Contact

le monde est un livre et ceux qui ne voyage pas n'en lisent qu'une page

Recherche

les patachons : djé et loic

ou comment réfléchir a l'organisation d'une telle entreprise

Archives

Qu'est ce qu'un patachon ??

"La patache, conduite par le patachon, était la très inconfortable diligence des pauvres au XIXe siècle"..... mouais ca doit pas etre pour ca !!

"De par son métier, son conducteur était réputé pour être toujours par monts et par vaux, buvant sans modération à chacune des tavernes où il s'arrêtait. Il menait donc une vie à la fois déréglée et agitée"....... ha ben voila on y est !!!