Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 02:59
25/06/12
 
Nous y voila enfin !! Des mois que j'attendais ce moment, l'ascension la plus célèbre d'Equateur : Le Cotopaxi, le 2eme sommet du pays, "très prisé par les alpinistes chevronnés, est très physique , dans des températures souvent froides et peut paraitre vertigineuse" ( cf lonely planet )
Bref ca ne sera pas une ballade de santé mais on est confiant et surtout motivés
6h : levé, on a RDV a 10h avec les guides mais trop de pression on arrive plus à dormir !! On se prépare et faisont nos adieux via FB.
9h45 : y'a personne a l'agence.. ca commence bien , on en profite pour aller se chercher quelques victuailles et surtout de l'eau pour éviter le mal des montagnes et par la suite la déshydratation lié au diamox ( j'y reviendrais ultérieurement )
Cela fait 3j que l'on est a plus de 2500m, c'est un peu juste pour l'acclimation mais ca devrait le faire.
 
DSC01441
 
10h: Guillermo arrive, on se prepare, le matos qu'il nous file est un peu pourri du coup on préfere prendre nos propre sac a dos.
On a le droit a des piolets ( pas tres récent a prioiri ), des chaussures d'alpinismes et des crampons ( bon ca encore ca va, ca a l'air correct... ou pas ,lorsqu'on verra le guide se servire de la cuisiniere pour chauffer le fer et ainsi pouvoir les régler...)
Puis les guides arrivent, alors il ya "joe pesci" le ptit nerveux, et un grand nounours bien rigolo qui se marre tout le temps... je sens que l'on ne vas pas s'ennuyer on les appelera chico 1 ( le nerveux) et chico 2 ( le rigolo)
 
DSC01442
 
11h : on décolle de latacunga direction le parc national du cotopaxi a 1h de route
12h: on s'arrete dans le parc dans un 1er refuge, il nous prépare des sandwichs jambon mayo fromage et coca... PARFAIT. Puis on s'équipe, la les chose sérieuse vont commencer, il fait deja un sale temps et on ne vois pas le sommet du cotopaxi. On fait encore 30min de route a travers l'altiplano au milieu des chevaux sauvages
 
DSC01449
 
DSC01454
 
P1010012
 
P1010031
 
12h45: on se garde sur le parking au pied du cotopaxi a 4500m, le refuge est plus haut, on le vois il est a 4810m, c'est notre 1er objectif
 
DSC01460
 
13h05: on est deja mort !! le souffle est assez dur a trouver a cette altitude et les bourrasque de vent n'arrange rien
13h40: on arrive au refuge ,ma foi assez sympa, on est tres peu ( on serra 9 avec les guides a faire l'ascension le "lendemain" )
 
DSC01465
 
14h: encore un repas !! on se fait engueler par chico 1 car on a bouffer les céréales qui étai prévu pour demain.. il avait pas qu'a les mettre sur la table !!!
 
DSC01472
 
Puis on essaie les crampons, c'est la que chico 1 s'énerve car il n'arrive pas a les régler, d'ou le coup de la cuisiniere... bon c'est pas grave c'est ceux de loic ;), avec chico on se marre a raconter pleins d conneries comme la facon qu'il aura de nous reveiller a coup de shoot cette nuit.
On aurait du faire les essais dehors pour qu'il nous explique comment marcher sur la neige avec et comment se servir des piolets mais il fait trop mauvais, du coup on apprendra sur le tas qu'il nous dit.... ok no soucy ma foi !! ( pas de phots de la cession car on déconne pas avec chico 1 )
Bon on vas se mettre au lit mais avant ca on fait LA conneries !!!! On gobe chacun un comprimé de diamox ... le diamox est le traitement de l'oedeme cérébrale, la plus grave compication de l'altitude ( mortel pour la plupart du temps), mais le diamox c'est aussi et surtout un DIURETIQUE qui te donne envie de pisser toute les heures dans le meilleurs des cas et toute les 25min dans le pire !! nous voila donc a faire des aller retour au toilettes ( qui bien sur sont dehors ) pendant 2h, en plus c'est un cercle vicieux car y faut boire un max du coup pour pas se déshydrater, du coup on a fait le stock
 
DSC01473
 
18h : Chico 2 vient nous chercher pour aller bouffer ( putain encore !! ) une bonne pasta préparé par chico 1 ( il fait pas que gueuler il fait aussi tres bien la cuisine ) et a 19h on doit se coucher car on se leve a 0h... on se cale bien au "chaud" dans nos duvet, il doit faire 5degré dans la piece, mais on est pas mal et la.... on vous le donne ds le mille encore envie de pisser ( cela doit faire la 8ou 9 fois ), nico et moi on essaie dans les bouteilles mais putain impossible, je jure que maintenant j'aiderais toujours un patient a se lever si il n'arrive pas a pisser dans un pistolet !! pas le choix on se leve, il fait froid ya du vent et de la neige ( on maudit tous le diamox ), il est deja 21h quand les autres arrive a dormir.. moi je finirais par couper la poire en 2, je me leve pour pisser dasn une bouteille pas moyen de sortir dehors !!!
 
DSC01477
 
DSC01478
 
22h: a priori on a trouvé le sommeil
23h57: j'ouvre les yeux et ma premiere pensée et "putain sérieux comment on vas faire pour sortir du duvet?? mais quelle idée de merde" !!
0h: regain de motivation, je vais faire chier les autres avec ma camera
Ptit dej assez léger pour pas perdre d'énergie a cause d'une trop grosse digestion
0h30: on s'équipe, pour ma part ca sera legging, pantalon de treck, pantalon de snow, chaussetes en soie et 2 autres paires de chausette, un tshirt, un autre a manche longue, un coupe vent, une blouson de snow, une paire de gant en soie, une paire de sous gant, une paire de gant de snow, une cagoule, un piolet, un harnais, une lampe frontale, mon sac a dos, ma bite et mon couteau.. ca devrait le faire !!
 
DSC01482
 
DSC01483
 
Cette ascension on l'a tous vécu de maniere tres différente je pense, et donc je ne pourrait pas retranscrire l'état d'esprit de mes 2 comperes sur ce blog, pour la suite de ce récit je parlerais donc en mon nom uniquement.Mais bien sur j'espere qu'il prendrons le temps d'écrire leurs impressions plus tard...
1h: je suis surgonflé a bloc et surtout heureux d'être la, je suis content on voit les étoiles je suis confiant on vas avoir beau temps...
1h15: quedal, le vent s'est levé on est dans les nuages et la neige est de la partie, on avance plutot bien je trouve a la lueure de nos frontale, on marche sur une sorte de sable noir et des cailloux      
1h30: bon , on enfile les crampons, chico 1 nous fait un topo sur la facon de s'en servir, il est du genre "ne te moque pas de la montagne sinon la montagne se moquera de toi"
On commence notre lente monter dans la neige, personne ne parle et on est tous concentré a bloque, le souffle est la, les jambes suivent tout vas pour le mieux, par moment on peut meme entrapercevoir la ville de Quito a 70km de la, en contre bas...
 
DSC01491
 
DSC01501
 
2h30: le guide nous dit c'est bien on est a 5000m.......... comment ca 5000m??? tu déconne on a fait 190m en 1h30??? au début je pense qu'il nous blague mais je verrais pas la suite que pas du tout. La on passe au choses plus sérieuse, on s'encorde je suis avec nico et chico 1 ( le nerveux pour rappel ) et loic reste avec chico 2.
 
DSC01511
 
2H30 a 4h: je me sens bien , je monte a une bonne allure, je m'étonne moi même, je sors même la cam et lappareil a des moments pour immortaliser tout ces instants ( je vous rappel qu'il fait -5degrées, qu'il ya un vent de fou et de la neige ), mes collegues suivent mais ne prononce mots...
 
DSC01485
 
DSC01508
 
4h: on arrive aune crevasse, le guide nous montre comment la passer puis finalement n'y arrive pas lui même, je sens Loic un peu fébrile dans mon dos... je lui dit " trop stylé" il me répond " non pas stylé du tout.." hmmmmm moi jtrouve ca stylé...
 
DSC01515
 
DSC01516
 
Bon autre chemin on decend légerement dans la crevasse et la pas le choix vas falloir monter, on apprend l'escalade sur glace sur le tas.. bon on a pas fait les warrior quand même le guide est monté en 1er et nous assure un rappel si jamais, y'a 5 ou 6m a monter, ca peut paraitre rien mais dans de telles conditions c'est impressionnant mais c'est surtout un pure KIFF, de l'adre a l'état pure, je suis aux anges !!! au final on passe tous et on est bien fier
 
DSC01517
 
DSC01519
 
DSC01521
 
DSC01527
 
DSC01534
 
4h a 6h : la suite met notre physique et nos nerf a rude épreuve... et pourtant malgré le vent la neige le noir la fatigue, cette longue partie est un réel plaisir pour moi, je ne serais l'expliquer mais je me sens vraiment bien, comme si je ne devais pas être ailleurs ( j'avais deja ressentis ca au costa rica sur le chirripo mais la c'est 10 fois plus fort) je suis simplement heureux de me dépasser de faire quelques chose que j'aurais pensé impossible il ya a encore 1an..
On marche, on voit des sommets et on se dit qu'on est bientôt arrivé ( mon cul ouais )
6h: on est a 5500m, l'aurore a commencer a se lever, même si on n'y voit pas grand chose : c'est magnifique, le blanc immaculé, la neige faconné par les vents, les stalactites de glace.. je ne sai pas pourquoi mais tout cela me rappel un dessin animé que je regardais alors que je ne devais avoir que 4ans : la reine des glaces je crois.. l'altitude doit commencer a me faire partir en couille moi..
 
DSC01541
 
DSC01559
 
On s'abrite du vent histoire de souffler un peu , nico semble épuisé, loic est a 100m derriere et quand il arrive le regard hagard et a bout de force j'ai un immense respect pour lui, beaucoup aurais deja craqué depuis longtemps croyez moi.. j'essaie de le motiver et l'encourage a continuer... chico 1 nous met la pression pour que l'on reparte.. ca sera la derniere fois que je verrais Loic.... jdéconne quand je l'ai revu ct 5h plus tard bien au chaud dans son lit ce connard !!!! Le guide nous lache un" bon il reste 1H30 avant le sommet et c'est la partis la plus difficile celle qui monte le plus...." je sens les esprits flanchés.. et moi même j'ai une ptite appréhension..
 
DSC01542
 
DSC01546
 
Bon la on rigole moins, nico est devant moi et chancelle un peu sur ses jambes, je le sens aussi a bout de force et lui demande si ca vas aller il peut encore s'arrêter , il est afirmatif il veut continuer... Je ne vois plus Loic derriere moi il a du faire demi tour.
A ce moment les bourrasque de vent risque de nous faire perdre l'équilbre, de plus on fait 2 pas le vent nous recule de 1.. c'est la misere, nico s'arrete devant moi de plus en plus souvent, on fait une halte j'explique au guide qu'il est a bout de force et que je ne sais pas si il pourra continuer, maintenant que Loic est deja partis avec l'autre guide, si Nico abandonne je devrait redescendre aussi et ca je ne veux pas, pas si pres du but, j'ai la niak je veux finir , malgré que moi aussi je commence sérieusement a m'épuiser. La je ne suis pas fier de moi et j'avoue que j'ai fais le connard mais peut être que certains comprendrons.. en gros j'engueule Nico, lui dit que s'il il voulait faire demi tour c'était tout l'heure, que maintenant c'est trop tard car pour rien au monde je ne voulais resdecendre avant d'avoir atteind les 5897m, que j'attendais cela depuis trop longtemps et qu'il avait pas le droit de m'enlever ca.... et la encore une fois je le remercie il n'as rien dit il a pris son courage ( ou plutot son piolet ) a 2 main et il a marché encore jusqu'a qu'on arrive a un spot abrité, le guide ne me voyant pas lacher le morceaux propose a Nico qu'il nous attende la 1h le temps qu'on finisse. Encore une fois merci Nico, il s'est creusé un trou dans la neige et a attendu mon retour au risque de perdre se doigts !!! 5700m, c'est la ou je l'ai laissé
7h15: Bon y reste que moi, encore une fois l'altitude me fait partir en couille mais je me sens d'un mission il faut que j'arrive en haut pour mes 2 potes qui on suivi et qui se sont " sacrifié" pour que je le fasse ( jvous dit l'altitude c'est la meilleur de toute les beuh ), bref le guide me fais tenir un rythme d'enfer et la pour la 1er fois j'en chie vraiment, je ne sens plus rien, n'arrive plus a respirer, je met juste un pied devant l'autre espérant que la prochaine cote sera la derniere, je ne lacherais pas... j'ai les larmes aux yeux,90% exitation et 10% fatigue a moins que ce ne soit le contraire... 45min qui me semble une éternité... 45min de combat avec moi même, avec les élements, avec la montagne.. bref Djé seul face a la nature, j'avais jamais ressentis avant ... je suis accro... puis enfin...
 
DSC01544
 
8h : ......Le sommet... il n'y a plus rien devant moi juste une mer de nuage, rien en dessus.. j'y suis... toute l'adre retombe et l'espace de quelques secondes j'ai l'impression de voler, que rien ne peux m'atteindre, je suis heureux, je suis bien... un instant bref... magique...intemporel...je verse ma ptite larme.
Le guide me ramenne vite sur terre en me disant qu'on reste 2 min y'a trop de vent !! bon Ok allez quelques photos dont la fameuse dos pour prouver que je l'ai fait quand même et c'est partis pour le redescente.. des heures de soufrances pour quelques secondes de bonheur.. est ce que ca vallait le coup ? mille fois oui assurément...
Apres le paysage et le cratere bien jai stristement rien vu, mais je pense que le mauvais temps a contribué a la satisfaction que j'ai eu en haut donc aucun regrets..
 
DSC01550
 
DSC01553
 
8h30: je récupère Nico " ice" Baudry qui a survécu en appliquant les méthode " bear grills" et on entamme ensemble le chemin du retour..
9h30: le guide nous fais passer par un chemin qui monte !! comment ca ca monte?? je croyais qu'on descendais, mais le spot est tres jolie et malgré la fatigue je me force apprécier ce que la montagne offre, un mur de glace et de centaines de stalactites de 30m de haut !!
La capuche de mon blouson est un bloc de glace, je la retire.. mauvaise idée... du coup la glace se détache et tombe dans mon coup..putain c'est froid !!!,  on franchis une ptite crevasse ( c'est marrant le guide a l'air de chercher son chemin ) puis on arrive sur le versant qui nous conduis au refuge, le temps est dégagé et le soleil fait son apparition, comme si la montagne nous disais au revoir ( toujours l'altitude je suis défoncé a ce moment la lol )
 
DSC01557
 
DSC01556
 
DSC01568
 
11h: le refuge......
Voila le récit prend fin, bien sur il peu sembler un peu mélo par moment mais j'ai essayé de retranscrire fidelement mes émotions ressentit tout au long et dieu sait s'il elles ont étaient fortes et contarditoire et donc cela n'as rien d'évident.. cette expérience restera a jamais gravé... 
Bon maintenant vas falloir passer la barre des 6000m, et ca sera au Pérou dans un moi !!! 
 
DSC01561
 
l'Ascension en vidéo ( music by MUSE - Survival - )
 
 
 
 A mon tour (Loïc)
effectivement c'est sacrément mélo pour trois pas dans la neige ! Non je déconne je comprends que trop bien les sensations du dépassement de soi dans la mesure où il y a encore peu de temps monter 5 étage était un gros dépassement pour moi ! Je ne reviendrai pas sur la première partie (putain de Diamox de meeeeerde) et entamerai mon récit à partir du début de l'ascension :
piolet à la main et frontale au front je me met à ma place habituelle, en dernier, vu que je suis le premier à ralentir en général, autant ne pas gêner, Luis reste derrière avec moi, ce guide est vraiment très sympa, Jullian (Joe Pesci) aussi mais dans un autre style (par contre leur professionalisme est inattaquable). Je me suis préparé mentalement à en chier, et je me concentre essayant de me mettre le plus tôt possible dans un état second pour pas trop morfler (genre méditation dans l'effort, je refais le monde dans ma tête..) Djé pense que je fais la gueule... en fait je fais pas vraiment la gueule on a juste pas la même condition physique ni la même appréhension des épreuves montagnardes, pas de ma faute si jusque là pour moi le sport c'était sur console...
 Arrivés à la crevasse je me décompose, voir des guides galérer c est pas rassurant... Va falloir escalader, je passe en dernier et je donne tout ce que j ai pour passer le mur avec l aide des collègues qui tirent sur la corde... Putin je suis passé, l'espace d'un instant je me dis que je vais la bouffer la montagne et je repars sur les traces de Nico et Djé ayant perdu du temps a cause d un probleme de crampon. La côte suivante est horrible, j ai l impression de marcher depuis des heures (en fait c est le cas...) la fatigue commence a se faire sentir les pas sont de plus en plus durs mais je m accroche. On finit par rejoindre Djé, Nico et Julian, en doublant un autre groupe je comprends que le guide dit à son Danois "si tu veux faire demi tour c est maintenant, apres plus possible",, je check avec Luis la distance qui reste jusqu au sommet, une bonne heure et demie, terrain difficile (genre là c etait facile...) j ai froid, le vent est pire que le froid, j ai une couche de gel sur tous mes vêtements que je n arrive plus à réajuster. Djé vient me parler il fait tout pour me motiver mais je lui réponds un truc du genre "j en peux plus je pourri de l intérieur" (ouh je commence à être vraiment crevé) je leur laisse de l avance car j ai eu moins de repos étant arrivé quelques minutes plus tard. Luis me demande si je veux continuer, je recentre toutes mes forces et dit "oui" confiant, mais le vent charge de plus en plus, je trébuche, la neige me nique les yeux et cingle les parties découvertes de mon visage, je vois plus rien et je capitule... 1h30 de plus sans compter la redescente c est trop pour moi... Luis n insiste pas, il voit bien mon état, et on entame le demi tour, je marche en tête, toujours encordé, les difficultés ne sont pas terminées, toujours ce putain de vent chargé de mini grêlons, la pression retombe, je réalise que j ai abandonné et que mes potes continuent, je les imagine arriver au sommet prendre les photos, se féliciter, genre "on l a fait facile" (la réalité était certes toute autre, mais à ce moment là j en savais foutre rien) et du coup je me sens bidon, lâche et fatigué, je verse trois pauvres larmes tellement je suis vidé et on continue la descente... Je vois plus le temps passer c est super long... de retour au mur de glace Luis me sécurise au cas où et me demande sauter par dessus une crevasse qu on avait évité à l aller. Concentration, c est pas un grand saut mais faut faire gaffe... Je me jette de toutes mes forces piolet en avant de l autre côté, j ai dû faire un joli saut Luis approuve avec un pouce en l air ! Un peu plus tard une crevasse ridicule à enjamber, la neige cède sous mes pied, j ai juste assez de prise pour me jeter de tout mon long, plus de peur que de mal... Le reste de la descente se passe "bien" vu les conditions et mon état, je sens plus rien à part une sensation désagréable dans tous mes organes je suis en mode "marche ou creve". On arrive enfin au refuge, je remercie Luis le plus sincèrement possible car il a été d une aide incroyable pendant la montée et la descente, il voit que j ai pas le moral et me réconforte avec une bonne tape sur l épaule et un grand sourire, je vais me pieuter dans mon sac de couchage pour pas crever de froid, Djé et Nico me racontent leur aventure, petit à petit les forces et le moral reviennent, j ai pas réussi, j en ai chié ma race mais putin je suis allé sacrément haut quand même...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lowick 16/11/2016 10:23

Tu sais quand le mec te dis "avance ou je te pousse dans une crevasse" t avances...

Miloute 15/11/2016 21:13

Super de lire cette aventure... Bin tu vois Djé t'as fini par pouvoir pisser dans cette bouteille... lol
"90% exitation et 10% fatigue a moins que ce ne soit le contraire..." lol en tout cas en lisant j'avais l'impression d'être avec vous!
Bravo Loïc quand même car tu acceptes sans rechigner les plans à la con de Djé lol

Présentation

  • : Le blog des Patachons
  • Le blog des Patachons
  • : 2 potes / 12 mois / 3 continents / 15 pays ... a la découverte de l'amérique du sud, de l'Océanie et de l'Asie.
  • Contact

le monde est un livre et ceux qui ne voyage pas n'en lisent qu'une page

Recherche

les patachons : djé et loic

ou comment réfléchir a l'organisation d'une telle entreprise

Archives

Qu'est ce qu'un patachon ??

"La patache, conduite par le patachon, était la très inconfortable diligence des pauvres au XIXe siècle"..... mouais ca doit pas etre pour ca !!

"De par son métier, son conducteur était réputé pour être toujours par monts et par vaux, buvant sans modération à chacune des tavernes où il s'arrêtait. Il menait donc une vie à la fois déréglée et agitée"....... ha ben voila on y est !!!