Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 20:21
15/08/12
 
Nous arrivons à La Paz vers 15h après 18h de bus. Nous rejoignons Marilyne et Guillaume a l'agence altitude 6000 pour essayer le matos de l'ascension qui est prévu le lendemain.
Ce soir moi et loic restons a La Paz tandis que Marilyne et Guillaume eux vont directement au 1er refuge ( point de départ ) a 4800m, afin de s'aclimater, nous les rejoindrons demain matin vers 11h.
 
16/08/12
 
Nous ne le savons pas encore mais ceci est le début de 2 jours vraiment éprouvant pour tout le monde !! on a RDV a 8h à l'agence, le sac pour l'ascension est vite fait ( on commence a voir l'habitude )
Arrivé la bas notre gros sac ( celui ou on a mis tout ce que l'on ne vas pas emporter ) a l'air d'emmerder nos guide.. en effet l'agence est fermée et ils savent pas ou le mettre, bref c un gars qui reste a la paz qui le rammene chez lui, bien sympa.
Nous partons avec Cécilio et Victor, nos 2 guides, ainsi que un cuistot !! Cécilio parle un peu francais et a l'air sympa, Victor est lui un peu plus taciturne.. de toute manière ca ne pourra pas être pire que notre guide au Pérou pour le Vallunaraju.
 
DSC03396
 
2h de route plus tard on arrive au 1er refuge et notre 1er mauvaise surprise nous attend !! En effet marilyne et Guillaume ne sont pas la.. Guillaume ayant eu le soroche ( mal des montagnes ) dans la nuit ils ont du redescendre en urgence, pas d'ascension pour eux, il ne reste donc que Loic et moi.
La rando jusqu'au 2eme refuge se fera après manger, le cuistot nous régale avec des hamburgers !! il aurait pas pu mieux faire.
 
 
Le refuge se trouve a 5150m et on l'atteindra en un peu moins de 2h, la montée est sans grosse difficulté malgré un terrain très escarpé.
 
DSC03404
 
Beaucoup de monde au refuge, je crois qu'on doit être a peu près 25 à tenter cette ascension. Il est dit dans le lonely que c'est un refuge petit et chaleureux.... effectivement ( cf photo). Il y'a un gros groupe de francais, des allemands etc... l'ambiance est plutot convivial et pour tout le monde c'est bien sur leur premier 6000m.
Comme d'hab réglage des crampons, soupe ( Loic vas craquer et jeter sa soupe a la gueule de quelqu'un un jour ), on discute un peu et a 19h tout le monde au "lit" ( enfin un matelas de 5cm d'épaisseur a même le sol) et comme on est 25 dans la même piece serré les uns contre les autre on aura pas froid cette nuit au moins.
 
DSC03417
 
DSC03422
 
17/08/12
 
1h : levé une dure journée s'annonce mais je n'ai pas vraiment expliqué ce que était le Huyana Potosi, un peu d'histoire ( source lonely planet )
Le Huyana Potosi est le plus couru des hauts sommets boliviens. Sa majesté, sa facilité d'accès et son altitude, supérieur de 88m a la barre symbolique des 6000m, expliquent sa popularité. Sachez néanmoins que c'est une rude montée, particulièrement escarpée près du sommet.
Après cette petite introduction, revenons a notre levé..
C'est pas la grande forme pour moi mais pour Loic c'est encore pire, je le regarde sortir timidement la tête de son duvet et a ce moment la je sais deja ce qu'il vas me dire.... l'ascension je la ferais seul. Lui aussi est victime du mal des montagnes ( plus léger que Guillaume quand même ) et il ne se sent pas pour l'ascension, et dios mios qu'il a fait le bon choix !!
a 1h30 je suis fin pres a partir, deja des groupes ont quittés le refuge et j'attend donc Cécilio ( et oui au final le 2eme guide il ne servira a rien vu qu'on est 1/4 ), et la j'attend.. j'attend.. il discut avec ses potes guides, fait trainer, gnagnagna le temps est pas bon.. ( certes il neige un peu dehors mais ca va quoi) bref me voyant trépigner on décolle finalement a 2h45
Le départ se fait direct en crampon et dans la neige, après 15min je sens que cette ascension vas être difficile, en effet depuis 2 semaines j'ai moins la patate et suis même fatigué souvent, Loic dit que jai la mononucléose lol, de plus mon entorse ne guérit pas et me fait toujours mal, et pour finir ces derniere semaines on a était un peu plus oisifs. Bref je suis loin de ma condition physique lors du Cotopaxi en Equateur. Mais je me dit que ca ira mieux dans une heure, une fois qu j'aurais pris mon rythme.. j'avais tort
Voila maintenat 2h que je galère, le souffle ne vient pas, la cheville me fait un mal de chien, et pour la 1er fois je n'apprécie pas vraiment ce que je fais, le guide me fait monter trop vite et je n'arrive a suivre son rythme qu'au prix d'efforts parfois insoutenables
Une parenthèse a propos du temps des ascension:
En gros la distance entre le dernier refuge ou camp de base et le sommet est définie de facon a atteindre le sommet en a peu près 6h ( pour une ascension "touristique" ) pour le levé du soleil ( au alentour de 7h du matin ), le départ "normal" se fait donc a 1h ( comme avec nos 2 supers guides du Cotopaxi ) du mat afin que la vitesse de montée ne soit pas trop rapide et pénible. Mais j'ai saisi ce que faisaient souvent les guides, il partent plus tard pour dormir un peu plus mais après ils te boostent a mort pour te faire être au sommet a l'heure prévu, du coup tu te le fait en 4h au lieu de 6h, alors eux qui ont l'habitude pas de problème mais pour nous simple petits citadins c'est bien sur une autre histoire.
Il nous fait passer par une pente abrupte et poudreuse, j'en chie plus que tout a la gravir et tout les 5min j'ai envie d'une pause.. je pète un cable quand je voie que les autres groupes contourne ce passage par un autre un peu plus facile !! il m'a fait couper tout droit le con !! Dans cette partie un autre francais ( il est seul, tout son groupe a fait demi tour, trop dur) galère comme moi et n'arrive plus a suivre son guide; On se soutient moralement et je lui donne une astuce : pour une pause tu demande pas, tu t'arrête net et tu reprend ton souffle, le guide vas pas de porter de toute facon et comme je pense, c'est le guide qui doit s'adapter a toi pas le contraire !! ( il me remercira plus tard pour ce précieux conseil )
Les 2h suivantes et jusqu'au sommet, ne sont que souffrances.. j'ai l'impression de ne plus avoir une once d'énergie en moi, le physique ne suis plus mais bien pire le moral non plus !! Je suis gavé d'être la et ca ca me blaze.. je n'apprécie pas et j'aimerais être ailleurs, je suis seul et le guide me saoule ( je fais "la vidéo de promesse a loic"). J'ai fait le mauvais choix de fringues et j'ai froid.. merde y'a rien qui va !! Je demande une pause toute les 10min.. je n'y arrive plus et pense sérieusement à abandonner
Heureusement 30min avant le sommet le soleil fait son apparition et me redonne (un peu ) de baume au coeur. Le sommet ne me semble plus très loin, comble du comble on a ratrappé le 1er groupe qui était partis 1h45 avant moi !!! pour dire a qu'elle point mon guide a mis le turbo !!
 
DSC03438
 
La deniere partie de l'ascension s'appel la "crête du polonais" en mémoire a un polonais qui est mort en tombant.. En temps normal je pense que j'aurais adoré ce passage ( car avec du recul c'était un endroit super ) mais la je le sens pas, l'escalade sur des pierres avec des crampons et loin d'être évidente dans l'état de fatigue que je suis, sur ma gauche le précipice et sur ma droite un petit mur de glace ou je dois enfoncer mon piolet pour me maintenir en équlibre, le problème et comme je l'ai dit c'est que je n'ai VRAIMENT plus aucune force et n'arrive quasiment plus a me cramponner au manche de mon piolet, ma vue se trouble et j'ai des vertiges et pour la 1er fois je crains vraiment l'accident mais le sommet est la devant moi a a peine 100m.. et malgré ma peur et mon épuisement ( sisi ca m'est arrivé ) je finirai.
Alors vous me dirait pourquoi ne pas lacher le morceau?? a ce propos il faut savoir qu'il y'a eu au moins 50% d'abandon ce jour la !! La 1er raison est bien sur que je suis du genre a aller au bout des choses, la 2eme est que j'avais fait le malin sur FB a dire que j'allais la défoncer cette montagne et la 3eme était que j'avais promis a 2 personnes que je leurs ferai une dédicace une fois en haut, ca peu sembler stupide mais c'est grace a ces 3 raisons que j'ai réussit a atteindre le somment a 7h15 !!
6088m, j'y suis et la.. rien, je ne suis ni heureux ni satisfait, je suis tout simplement vidé... et le guide enfonce le clou en me disant que j'ai 5min et qu'on vas redescendre. Du coup a peine le temps de prendre 2 ou 3 photos et on repart, j'ai meme pas pensé au poussin que j'avais dans le sac tellement j'était dans un état second. ( bon ok en rematant les photos j'ai quand même le sourire !! )
 
DSC03441
 
DSC03449
 
DSC03456
 
Je suis en tête de cordé, un couple est devant moi et met un peu de temps sur le passage des pierres ( en monté c'était déja pas evident mais en descente c'est pire ) cécilio veut me presse et veux me faire passer sur le gauche sut une arrête de neige, je refuse, il insiste et la je craque je pete un cable et l'insulte pendant 5min en angalis francais et un peu d'espagnol. Il a du comprendre quelques mots car il m'adressera a peine la parole pendant la redescente.. en fait ce qui me gavait c'est qu'on était quasi les derniers a etre partis du refuge et on était les 1er sur le sommet, la on redescendait il me faisait croire qu'il fallait se dépêcher question de sécurité ( par rapport au soleil ) alors que en contre bas il y avait encore des groupes qui grimpaient, je lui ai fait comprendre qu'il fallait pas qu'il me prenne pour un con que je savais que plus vite on avait fini et plus vite il était rentré que j'en avais rien a foutre que c'était pas une course etc... Après cette petite altercation a 6000m il a compris qu'il fallait plus me saouler et que j'irai comme bon me semblerais. De plus je pestais car je voyais que un groupe s'éternisait tranquille au sommet et profitait de leur victoire sur la montagne. Mais je prend bien sur le temps de prendre des photos même si il maronnait derriere moi.
 
DSC03458
 
DSC03468
 
DSC03469
 
DSC03473 
 
Sur le chemin du retour je croise le francais qui lui a fait demi tour avant le sommet, il est épuisé et son guide le pousse aussi, je lui propose un moment de rebellion !! on se cale assis pdt 10min et on respire par chance les guides sont potes et ils nous font pas chier, il est a bout de force ( pire que moi), on repart ensemble et j'essaie tant bien que mal de le motiver. C'est fou dans ces moments la comment un inconnu peut devenir ton meilleur pote !!
 
 
 
2h plus tard le refuge est en vue, je suis le 1er de la cession a a voir fait l' AR au sommet... waouhhh, je suis même pas fier ( et pourtant au vu de mon ego j'aurais du lol ), il est 9h15 du mat
Loic est la et a l'air d'aller mieux. Ca me soulage de voir sa vieille gueule je comprend pas !!
L'autre francais arrive et me remercie chaleureusement de l'avoir soutenu, cela me fait vraiment plaisir.
Le guide me sort que dans 20min on redescend au 1er refuge,a 1h de marche, il me suffit d'un regard noir et remplit de haine pour qu'il me dise " ok 40min"... je préfère.
Voila ce qu'il faut savoir c'est, qu'avec du recul, cette ascension n'était pas difficile du tout ou du moins pas plus que les 2 premieres, je pense seulement que j'ai accusé des 3 mois voyages déja passés, les dizaines d'heures de marches et les centaines de km parcourus, mon entorse de cheville, les mauvaises nuits de sommeil dans les bus ou autres BP pourri ( 1er achat en France un lit King size avec matelas a mémoire de forme, alala j'en rêve déja !! ), bref j'ai accumulé une bonne quantité de fatigue et la je l'ai bien ressenti. La sagesse est de connaitre ses limites et je me suis rendu compte que j'avais atteins les miennes.
Mais au final ce n'est pas ca qui m'mempêchera d'en faire d'autres, il est juste temps de changer un peu d'horizons pour le moment, après près de 2 mois cumulé de montagnes, nous allons souffler un peu du côté de la jungle et prendre le temps de passer une journée a larver dans un hamac ( endroit ou je suis d'ailleur pendant que j'écris ces lignes ) par 30 degrées afin de recharger les batteries.. il reste encore 9 mois de voyage.. ce n'est pas un sprint mais un marathon.
Voila des bisous a toutes et a tous et ENJOY
PS: A La Paz l'agence est fermé et un scellé de l'office du tourisme bolivienne est sur la porte !! 2 semaines de fermeture de pénalité on sait pas pourquoi. C'est dommage nos affaires sont a l'intérieur.... une porte dérobé nous permet quand même de les récupérer apres 45min d'attente. Puis on rejoint marilyne et guillaume en début d'aprem, lui aussi vas beaucoup mieux il aura mis quand même 24h a se remettre, comme on dit toujours, vieux montagnard que l'on est, "ne te moque pas de la montagne sinon c'est la montagne qui se moquera de toi"
 
DSC03503
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

matelas memoire de forme 29/05/2013 12:13

Félicitations pour avoir vécu une telle aventure passionnante. Brave!

lespatachons 18/06/2013 08:55



merci et malgré la difficultée ca reste un putain de bon souvenir !!!



Présentation

  • : Le blog des Patachons
  • Le blog des Patachons
  • : 2 potes / 12 mois / 3 continents / 15 pays ... a la découverte de l'amérique du sud, de l'Océanie et de l'Asie.
  • Contact

le monde est un livre et ceux qui ne voyage pas n'en lisent qu'une page

Recherche

les patachons : djé et loic

ou comment réfléchir a l'organisation d'une telle entreprise

Archives

Qu'est ce qu'un patachon ??

"La patache, conduite par le patachon, était la très inconfortable diligence des pauvres au XIXe siècle"..... mouais ca doit pas etre pour ca !!

"De par son métier, son conducteur était réputé pour être toujours par monts et par vaux, buvant sans modération à chacune des tavernes où il s'arrêtait. Il menait donc une vie à la fois déréglée et agitée"....... ha ben voila on y est !!!